Trop d’idées reçues

Et si on leur tordait le cou ?

Par Hélia Prévot

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est alix-corasso_09_29_2018_12-1-731x1024.jpg.
Qui penserait qu’Al­ix a été touchée par un can­cer de la tête ou du cou ? Et pour­tant… Halte aux idées reçues !

64 ans. C’est l’âge moyen de sur­v­enue des car­ci­nomes épi­der­moïdes*. Mais ces can­cers peu­vent appa­raître à tout âge. S’ils restent très excep­tion­nels chez les enfants, ils le sont un peu moins chez les jeunes adultes. Prin­ci­pale­ment mas­culins, les can­cers tête et cou sont en aug­men­ta­tion chez la femme. En cause : la hausse de leur con­som­ma­tion de tabac et d’alcool, mais surtout, l’augmentation de cas de papil­lo­mavirus humains (HPV) ces dernières années. 

Le HPV est, d’ailleurs, une des prin­ci­pales caus­es de can­cers de l’orophar­ynx. En Ile-de-France par exem­ple, la moitié de ces can­cers sont dus à ce virus ! 

Con­cer­nant les can­cers de la cav­ités buc­cale (langue, palais…), le plus sou­vent, aucune cause n’est iden­ti­fiée chez les jeunes de moins de 40 ans. On peut donc souf­frir d’un can­cer tête et cou en étant une femme jeune et en ne con­som­mant pas d’al­cool, ni de tabac !

Késaco ? En France, 80% des can­cers tête et cou sont des car­ci­nomes épi­der­moïdes. Il s’ag­it de tumeurs malignes qui nais­sent dans les cel­lules squameuses de la peau. Ces cel­lules con­stituent la couche supérieure de la peau.

Association : contact@corasso.org
Presse : communication@corasso.org
Donation & Partenariats : sabrina@corasso.org

j'adhère