IRM

Par La san­té surtout – Mise à jour le 22 mars 2021

Bien se préparer à une IRM

Votre médecin vous a pre­scrit une IRM ? Voici les infor­ma­tions à con­naître pour bien vous préparer.

corasso no 22 n0 23 688167961 636915477348

Qu’est-ce qu’une IRM ?

L’imagerie par réso­nance mag­né­tique (IRM) est un exa­m­en d’imagerie médi­cale pre­scrit à des fins explo­ratri­ces. Cet exa­m­en peut être néces­saire pour con­trôler la présence d’anomalies ou de mass­es sus­pectes, non vis­i­bles par les autres exa­m­ens d’imagerie tels que la radi­ogra­phie, l’échographie ou le scanner.

Son principe repose sur la réal­i­sa­tion de clichés suc­ces­sifs de la par­tie du corps ou des organes à explor­er. Les images en coupe sont créées par un appareil doté d’un aimant puis­sant capa­ble d’agir sur l’hydrogène présent dans notre corps. La série de clichés (plusieurs dizaines) appa­raît sur un écran d’ordinateur. Un logi­ciel va alors recon­stru­ire les dif­férents clichés pour visu­alis­er et isol­er les zones qui intéressent le médecin. L’IRM est réal­isée par un manip­u­la­teur en radi­olo­gie. Le médecin radi­o­logue analyse et inter­prète les images.

À savoir : 

  • Cet exa­m­en est non douloureux et non invasif. Il ne pro­duit aucune radi­a­tion nocive. Cepen­dant, la forme de l’appareil en tube ain­si que le bruit présent durant l’examen peu­vent être une source de stress chez cer­tains patients claustrophobes. 
  • Cer­taines IRM néces­si­tent l’injection d’un pro­duit dit « de con­traste » afin de mieux étudi­er le tra­jet de vais­seaux ou cer­taines lésions dans un organe. Le choix d’un exa­m­en avec ou sans injec­tion est fait par le médecin pre­scrip­teur de l’examen. 

Quand doit-on passer une IRM ?

Vous pou­vez être amené à réalis­er une IRM pour que votre médecin puisse mieux visu­alis­er cer­tains organes. Cela peut être le cas lors du diag­nos­tic d’un can­cer, ou lors de la sur­veil­lance d’une tumeur, pen­dant et après les traitements.

Dans le cadre d’un suivi de can­cer, l’IRM per­met d’observer de façon pré­cise la tumeur et ses car­ac­téris­tiques, et est une aide pré­cieuse pour juger de l’efficacité des traitements.

Avant l’examen

À faire : 

Prendre RDV pour l’IRM 

Le médecin qui vous suit vous donne une ordon­nance ou une let­tre en vous indi­quant le délai dans lequel faire cet exa­m­en. Vous en aurez besoin pour la prise de ren­dez-vous, et il fau­dra penser à l’apporter le jour de l’examen.L’IRM se déroule majori­taire­ment sur ren­dez-vous. Les délais peu­vent aller jusqu’à plusieurs semaines, ne tardez pas à pren­dre votre rendez-vous.

corasso no 22 no 23 1243951690 636915524307

Acheter le produit de contraste et faire une prise de sang

Si votre médecin vous pre­scrit une IRM avec injec­tion, une ordon­nance vous sera remise avant le ren­dez-vous IRM pour que vous puissiez vous pro­cur­er le pro­duit en phar­ma­cie et réalis­er une prise de sang avec un dosage de la créa­tin­inémie. Il fau­dra alors apporter ces deux élé­ments le jour de l’examen

Préparer les éléments suivants à apporter le jour de l’examen 

Le jour J, il vous sera demandé d’apporter vos anciens clichés d’imagerie à titre de com­para­i­son. Il fau­dra égale­ment vous munir de votre carte Vitale et de votre attes­ta­tion de mutuelle, d’une pièce d’identité et de votre prise en charge en ALD.

À savoir :

En rai­son du puis­sant champ mag­né­tique de l’appareil, et de la pos­si­ble injec­tion de pro­duit de con­traste, il est néces­saire, lors de la prise de votre ren­dez-vous, de prévenir le cen­tre de radi­olo­gie de toute présence de pro­thèse métallique non amovi­ble (pace­mak­er, broches, etc.), d’allergie, ou encore de claustrophobie.

L’IRM ne néces­site pas d’être à jeun. Vous pou­vez con­tin­uer la prise de vos traite­ments habituels sauf indi­ca­tion contraire. 

Déroulement de l’examen

En rai­son du champ mag­né­tique de l’appareil, les bijoux en métal, pierc­ings, pro­thès­es amovi­bles et tout acces­soire con­tenant du métal sont à retirer.

L’IRM dure entre un quart d’heure et une demi-heure. Après avoir fait le dossier admin­is­tratif auprès du secré­tari­at du cen­tre de radi­olo­gie, un ques­tion­naire médi­cal est réal­isé par le manip­u­la­teur radio.

Si votre IRM néces­site une injec­tion de pro­duit de con­traste, le manip­u­la­teur radio posera un cathéter au niveau du bras afin que le pro­duit puisse être injec­té au cours de l’examen.

L’examen se déroule en posi­tion allongée sur une table d’examen qui se déplace à l’intérieur de l’appareil en forme de tun­nel. Pen­dant l’examen, le manip­u­la­teur radio est dans une pièce adja­cente, mais reste en con­tact per­ma­nent avec vous grâce à une caméra et à un micro­phone. En rai­son du fort bruit pro­duit par la machine, l’équipe médi­cale peut met­tre à votre dis­po­si­tion un casque audio avec de la musique ou encore des bou­chons d’oreille.

Dans le cadre IRM cer­vi­co facial, un cale tête vous per­me­t­tra de ne pas bouger et de main­tenir la posi­tion durant l’examen.

À savoir :

  • L’examen est totale­ment indolore.
  • L’injection du pro­duit de con­traste ne provoque pas non plus de douleur.
corasso no 22 no 23 1659663457 636915512283

Contre-indications

Les risques sont essen­tielle­ment liés au champ mag­né­tique et au pro­duit de con­traste. Cer­tains objets métalliques présents dans votre corps peu­vent con­tre-indi­quer la réal­i­sa­tion de cet exa­m­en. Une allergie au pro­duit de con­traste est pos­si­ble, mais extrême­ment rare. Par ailleurs, toute grossesse doit être sig­nalée avant l’examen, par précaution. 

Après l’examen

Les clichés d’IRM sont analysés durant et après l’examen par le médecin radi­o­logue. Un rap­proche­ment est fait avec les don­nées de votre dossier médi­cal et vos anciens clichés radi­ologiques. Le prati­cien peut être amené à vous deman­der plus d’explications au sujet de votre par­cours de soins (inter­ven­tions chirur­gi­cales, précé­dents traite­ments, etc.).

Après analyse com­plète de toutes les images (cette étape peut pren­dre du temps), un compte-ren­du ain­si qu’un CD con­tenant les clichés sont pro­duits. Ces élé­ments sont envoyés au médecin pre­scrip­teur, ou vous sont remis en main pro­pre, soit à la fin de l’examen (mais cela néces­site un temps d’attente par­fois impor­tant), soit après quelques jours. 

Association : contact@corasso.org
Presse : communication@corasso.org
Donation & Partenariats : sabrina@corasso.org

j'adhère