Comprendre les principes de la radiothérapie

Par La santé surtout – Mise à jour le 22 mars 2021

Radiothérapie | Électron, photon, proton : Quezaco ?

La radio­thérapie est l’un des traite­ments du can­cer. Les tech­niques et équipements ne cessent de s’améliorer pour pro­pos­er des traite­ments de plus en plus ciblés sur la tumeur tout en préser­vant les tis­sus et organes avoisi­nants. Le point sur ce procédé thérapeutique.

La radiothérapie : qu’est-ce que c’est ?

La radio­thérapie est un traite­ment con­tre le can­cer. Il s’agit, comme la chirurgie, d’un traite­ment « local » qui agit directe­ment sur la région où la tumeur est située. Elle con­siste à expos­er le patient à des ray­on­nements radioac­t­ifs pour détru­ire les cel­lules can­céreuses. Mais l’irradiation peut aus­si affecter les tis­sus sains avoisi­nants, ce qui explique les effets sec­ondaires pos­si­bles de cette tech­nique. Des pro­grès con­sid­érables ont été réal­isés ces dernières années, et per­me­t­tent aujourd’hui de con­cen­tr­er plus pré­cisé­ment les rayons sur le vol­ume de la tumeur en préser­vant au mieux les tis­sus qui l’entourent.

Les types de ray­on­nements choi­sis dépen­dent à la fois du type de tumeur (cer­tains can­cers sont plus sen­si­bles aux traite­ments par radio­thérapie que d’autres) et de la tolérance des organes de voisi­nage. Les dos­es opti­males, le frac­tion­nement, la durée totale du traite­ment et son rythme sont cal­culés de manière per­son­nal­isée en fonc­tion de chaque patient.

Les différents types de radiothérapie

Plusieurs méth­odes et pro­to­coles de délivrance de l’irradiation sont pos­si­bles en fonc­tion de la patholo­gie, de l’état général du patient, de son his­torique per­son­nel et des traite­ments associés.

Radiothérapie externe

En radio­thérapie externe, les rayons sont pro­duits par une machine appelée « accéléra­teur de par­tic­ules » puis dirigés sur la zone à traiter. Ces rayons tra­versent la peau et les tis­sus sains pour attein­dre la tumeur.

Radiothérapie interne ou curiethérapie

La radio­thérapie interne, aus­si con­nue sous le nom de curi­ethérapie, est une tech­nique d’irradiation où des implants radioac­t­ifs (Iode radioac­t­if, Irid­i­um radioac­t­if…) sont placés directe­ment au con­tact de la tumeur. Cette tech­nique extrême­ment pré­cise per­met de traiter les tumeurs en délivrant de fortes dos­es de ray­on­nement tout en générant peu d’effets sec­ondaires. Elle est par­ti­c­ulière­ment adap­tée pour traiter les tumeurs prim­i­tives de façon ultra-ciblée. En revanche, elle ne peut pas être util­isée pour traiter une zone éten­due (avec irra­di­a­tion des gan­glions, par exem­ple). Elle peut être délivrée seule ou asso­ciée à la chirurgie ou la radio­thérapie externe. Les can­cers gyné­cologiques (col de l’utérus, endomètre), et le can­cer de prostate sont les prin­ci­pales indi­ca­tions de curiethérapie.

Les particules irradiantes

Les photons

Les pho­tons (ou rayons X) sont les plus util­isés dans le cadre de la radio­thérapie externe. De même nature que la lumière et dotés d’une grande énergie, ils sont capa­bles de pénétr­er à l’intérieur du corps en tra­ver­sant la peau.

Les électrons

Les élec­trons sont des par­tic­ules qui peu­vent elles aus­si être util­isées en radio­thérapie. Ils ne tra­versent que peu les tis­sus, et sont plutôt util­isés pour traiter les tumeurs proches de la peau.

Les protons

Les pro­tons sont des par­tic­ules encore peu util­isées en radio­thérapie, en France. Le recours à des pro­tons per­met de dimin­uer l’irradiation des tis­sus sains à prox­im­ité immé­di­ate de la tumeur. On les utilise notam­ment pour traiter cer­taines tumeurs de l’œil et de la base du crâne.

Hadronthérapie

L’hadronthérapie fait référence aux traite­ments par radio­thérapie avec des ions lourds, comme les ions car­bone. Le pre­mier cen­tre effec­tu­ant des traite­ments par ions car­bone en France devrait être opéra­tionnel en 2022.

Les techniques d’irradiation

La radiothérapie conformationnelle 3D

La radio­thérapie con­for­ma­tion­nelle 3D con­siste à plac­er des fais­ceaux d’irradiation selon dif­férents angles en direc­tion de la tumeur. L’objectif est de délivr­er une forte dose de radi­a­tion à l’endroit où se croisent les fais­ceaux, qui cor­re­spond à la zone à traiter, et de délivr­er des dos­es plus faibles aux organes adja­cents. Il s’agit de la méth­ode clas­sique de radiothérapie.

La radiothérapie conformationnelle avec modulation d’intensité

Cette tech­nique présente un net béné­fice pour les régions dif­fi­ciles à traiter du fait de la prox­im­ité de tis­sus très sen­si­bles (par exem­ple, les tumeurs pul­monaires qui sont situées près du cœur, etc.). La radio­thérapie con­for­ma­tion­nelle avec mod­u­la­tion d’intensité (RCMI) est une procé­dure qui con­siste à faire vari­er la forme du fais­ceau d’irradiation au cours d’une même séance. Des « lames » se dépla­cent d’avant en arrière durant chaque séance, ce qui per­met d’adapter très pré­cisé­ment le fais­ceau au vol­ume de la tumeur. Cette méth­ode lim­ite l’apparition d’effets sec­ondaires et les réper­cus­sions sur les organes à risque.

Radiothérapie stéréotaxique

Cette tech­nique est idéale pour l’irradiation des petites tumeurs. Elle est par­ti­c­ulière­ment util­isée pour les métas­tases cérébrales et pour les petites tumeurs pul­monaires. La radio­thérapie stéréo­tax­ique est une tech­nique de haute pré­ci­sion basée sur l’utilisation de fais­ceaux mesurant seule­ment quelques mil­limètres. Ces fais­ceaux peu­vent provenir de toutes les direc­tions de l’espace. Elle per­met donc de délivr­er de très hautes dos­es d’irradiation.

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?
OuiNon

Continuons l'échange avec les réseaux sociaux Corasso :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les information de prénom, nom, email et téléphone sont facultatives. Elles nous permettront éventuellement de vous recontacter pour vous répondre ou échanger.